Mon compte

Ouvrir une session

Possibilités d'emploi - Processus de sélection

Fermée

Commissaires et président, Commission mixte internationale,

Possibilités de nomination

Nous savons que notre pays est plus fort et notre gouvernement plus efficace lorsque les décideurs reflètent la diversité du Canada. Le gouvernement du Canada a mis en œuvre un processus de nomination transparent et fondé sur le mérite qui reflète son engagement à assurer la parité entre les sexes et une représentation adéquate des Autochtones et des groupes minoritaires dans les postes de direction. Nous continuons de rechercher des Canadiens et Canadiennes qui incarnent les valeurs qui nous sont chères : l’inclusion, l’honnêteté, la prudence financière et la générosité d’esprit. Ensemble, nous créerons un gouvernement aussi diversifié que le Canada.

Nous sommes également engagés à offrir un environnement de travail sain qui favorise la dignité, l’estime de soi et la capacité d’atteindre son plein potentiel. Dans cet état d’esprit, toutes les personnes nommées devront prendre des mesures afin de promouvoir et maintenir un environnement de travail sain, respectueux et exempt de harcèlement.

Le principal objectif du ministre des Affaires étrangères est d’établir la position de leadership du Canada dans le monde entier et de faire avancer les intérêts du Canada.

Le gouvernement du Canada sollicite actuellement des candidatures auprès de divers Canadiens et Canadiennes talentueux provenant de partout au pays, qui manifestent un intérêt pour les postes suivants :

Commissaires (postes à temps partiel; possibilité du poste de président à temps plein)

Commission mixte internationale

La Commission mixte internationale (CMI) est un organisme indépendant, binational et quasi judiciaire établi en vertu du Traité relatif aux eaux limitrophes de 1909 pour prévenir et résoudre les conflits relatifs à l’eau le long de la frontière entre le Canada et les États-Unis. La CMI est formée de trois commissaires canadiens et de trois commissaires américains. Deux des commissaires canadiens occupent habituellement leurs fonctions à temps partiel, alors qu’un troisième commissaire, qui est choisi comme président, occupe ses fonctions à temps plein et passe sa journée de travail entière ou une grande partie de celle-ci dans le bureau de la Commission à Ottawa. Les commissaires sont appuyés par les bureaux du Secrétariat à Ottawa et à Washington et un bureau régional binational des Grands Lacs à Windsor. La Section canadienne de la CMI relève du portefeuille de la ministre des Affaires étrangères.

Les commissaires sont chargés de prévenir et de résoudre les différends touchant les eaux transfrontalières entre le Canada et les États-Unis et d’autres problèmes d’ordre environnemental de manière à favoriser le mieux-être commun des deux pays. Les commissaires sont des représentants de la CMI et non du gouvernement qui les nomme. Ils doivent collaborer de manière constructive avec les autres commissaires canadiens, les commissaires américains et le personnel américain et canadien au service de la Commission. Les commissaires canadiens exercent habituellement un mandat de quatre ans.

Selon les règles de procédure de la CMI, les commissaires de la Section canadienne de la CMI doivent nommer un de leurs membres au poste de président de la section. Le président occupera les fonctions de président de séance aux réunions de la Commission au Canada et d’administrateur général de la Section canadienne, qui est responsable de la gestion judicieuse des ressources financières et humaines.

Vous pourrez trouver d’autres renseignements sur l’organisme et ses activités sur le le site Web du Commission mixte internationale.

L'examen des demandes débutera le 31 juillet 2018. Les candidats doivent soumettre leur demande en ligne sur le site Web des nominations par le gouverneur en conseil. Nous encourageons fortement les candidats à présenter leur demande au plus tard à cette date. Les demandes soumises par la suite seront conservées et pourraient être examinées jusqu’à ce qu’il y ait nomination au poste. Votre lettre d’accompagnement devrait être adressée à la Directrice adjointe des processus de sélection, Secrétariat du personnel supérieur, Bureau du Conseil privé, et devrait être envoyée par l’entremise de l’application en ligne seulement.

Taux journalier des commissaires : 875 $ - 1 025 $

Échelle salariale du président : 200 900 $ - 236 300 $

Lieu de travail (président): Région de la capitale nationale

Langues officielles et diversité

Le gouvernement du Canada tiendra compte du bilinguisme et de la diversité des postulants. Par conséquent, nous vous encourageons à indiquer dans votre profil en ligne votre compréhension de la langue seconde officielle et votre capacité à vous exprimer dans cette langue. Une préférence pourrait être accordée aux individus qui appartiennent à l'un des groupes suivants : femmes, Autochtones, personnes handicapées et minorités visibles.

Afin que votre candidature soit prise en considération, assurez-vous que les renseignements fournis dans votre curriculum vitae et votre lettre de présentation démontrent clairement comment vous répondez à chacun des critères suivants:

Études et expérience

  • Diplôme d’une université reconnue dans un domaine d’étude pertinent ou une combinaison d’études et d’expérience de travail équivalentes ;
  • Expérience démontrée de la gestion et du leadership au niveau de la haute direction, y compris la gestion des ressources financières et humaines dans un contexte gouvernemental ou d’affaires ;
  • Expérience de travail avec des hauts fonctionnaires et de la prestation de conseils à ces derniers ;
  • Expérience de l’établissement et du maintien de relations productives avec d’autres gouvernements, des organisations non gouvernementales, des Autochtones et des collectivités autochtones et divers intervenants aux antécédents différents selon les principes de l’intégration et de la transparence ;
  • Expérience de travail au sein ou avec des organisations nationales ou internationales et de travail au sein ou avec les secteurs de la gestion des eaux ou de la gestion d’écosystèmes; et
  • Expérience de l’interprétation et de l’application des législations et des politiques canadiennes.

Si votre candidature est retenue pour un examen approfondi, les critères suivants seront évalués :

Connaissances, compétences et capacités

  • Connaissance des cadres législatifs et de politiques pertinentes tel le Traité relatif aux eaux limitrophes, la Loi du traité des eaux limitrophes internationales, l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs et les Règles de procédure de la Commission mixte internationale ;
  • Connaissance des principes et les pratiques de la saine gouvernance et gestion de la fonction publique du Canada ;
  • Connaissance du milieu, des processus et des pratiques exemplaires touchant les politiques publiques, y compris l’interface politiques-science ;
  • Connaissance des activités et des défis associés au travail en collaboration avec les gouvernements fédéraux et sous-fédéraux du Canada et des États-Unis, de même qu’une compréhension des mandats d’Affaires mondiales Canada et d'Environnement et Changement climatique Canada;
  • Connaissance des principes et des approches scientifiques relatifs à l’intégrité physique, chimique et biologique des eaux partagées ;
  • Connaissance des enjeux actuels en matière de gestion des eaux, des tendances en matière d’engagement des intervenants, des politiques liées à l’eau du Canada, des législations et des initiatives provinciales pertinentes, des politiques touchant les eaux internationales et des intérêts et des préoccupations des peuples autochtones ;
  • Capacités intellectuelles, de leadership stratégique et de gestions organisationnelles supérieures pour s’assurer que la Commission exécute son mandat à l’égard du traité et de la législation;
  • Capacité de prévoir les problèmes naissants et à formuler des stratégies pour permettre à la Commission de tirer parti des occasions qui se présentent et de régler des problèmes ;
  • Capacité de nouer des relations de travail efficaces avec ses collègues et le personnel et avec des ministères gouvernementaux concernés et des partenaires stratégiques au Canada et à l’échelle internationale ;
  • Capacité supérieure d’interpréter les lois, les règlements, les politiques et les découvertes scientifiques pertinents afin d’analyser des questions complexes et de formuler des recommandations et des conseils judicieux aux gouvernements ;
  • Capacité de résoudre des problèmes, à faire le consensus et à assurer la médiation ; et
  • Capacité supérieure en matière de communication, à l’oral et à l’écrit, et la capacité de gérer les communications avec divers intervenants.

Exigences linguistiques

La maîtrise des deux langues officielles serait préférable.

Si votre candidature passe à l'étape suivante du processus, nous communiquerons avec vos répondants afin de valider que vous rencontrez les critères de sélection ci-haut mentionnés et que vous possédez les qualités personnelles suivantes :

  • Habiletés interpersonnelles supérieures
  • Intégrité, discrétion et éthique professionnelle rigoureuse
  • Bon jugement
  • Fiabilité et esprit de collaboration

Facteurs d’admissibilité et conditions d’emploi

  • Si vous êtes nommé commissaire à temps partiel, vous devez demeurer ou être prêt à déménager dans la région de la capitale nationale ou dans un endroit situé à une distance raisonnable, ou être prêt à faire du télétravail.
  • Si vous êtes sélectionné en tant que président, vous devez demeurer ou être prêt à déménager dans la région de la capitale nationale ou dans un endroit situé à une distance raisonnable.
  • Si vous êtes nommé à l’un de ces postes, vous devez être prêt à voyager fréquemment au sein du Canada et des États Unis. Si vous faites du télétravail, vous devez être prêt à vous rendre fréquemment dans la région de la capitale nationale.
  • Les personnes nommées devront respecter les normes de probité les plus élevées et démontrer des comportements en milieu de travail empreints de respect, d’égalité et de dignité envers toutes les personnes avec lesquelles elles interagissent au travail, en tout temps. « Le Code de valeurs et d’éthique du secteur public » décrit les valeurs et les comportements attendus des fonctionnaires incluant la valorisation de la diversité et la création d’environnements de travail exempts de harcèlement et de discrimination. Les personnes nommées par le gouverneur en conseil devront défendre et respecter ces valeurs et principes d’une manière positive et active.
  • Les personnes nommées doivent se conformer aux Lignes directrices en matière d'éthique et d'activités politiques à l'intention des titulaires de charge publique tout au long de leur mandat comme condition d'emploi. Vous pouvez consulter ces lignes directrices sur le site Web des nominations par le gouverneur en conseil, sous « Formulaires et documents de référence ».
  • Toutes les personnes nommées seront assujetties à la Loi sur les conflits d'intérêts. Pour plus d'information, veuillez consulter le site Web du Commissariat aux conflits d'intérêts et à l'éthique.

Un lien à cette annonce paraîtra dans la Gazette du Canada afin de permettre au gouverneur en conseil de trouver des personnes qualifiées. Cependant, le recrutement ne se limite pas à cette seule façon de procéder.

Un bassin de candidats qualifiés pourrait être établi et utilisé pour des possibilités de nomination semblables.


Date de modification :